L'enfant Intérieur et la Confiance

L'enfant Intérieur et la Confiance

L'enfant Intérieur et la Confiance

L’Enfant intérieur.

 « Nous avons tous besoin, à des degrés différents, de reprendre contact avec notre Enfant intérieur, dit la thérapeute Geneviève Cailloux, auteur de “Deviens qui tu es” (Le Souffle d’Or, 2004). Peu d’entre nous ont eu des enfances parfaites, sans conflits, sans blessures… » Ce qui explique probablement pourquoi les méthodes "Enfant intérieur" se sont multipliées, et pourquoi les stages connaissent un succès croissant. « Sitôt qu’un individu a apprivoisé et nourri spirituellement son Enfant intérieur blessé, explique John Bradshaw, l’énergie créatrice de son merveilleux Enfant naturel commence à émerger. Une fois intégré, l’Enfant intérieur devient la source d’une régénération salutaire et d’une vitalité nouvelle. Quant à l’Enfant naturel, il correspond à cette partie de nous-mêmes qui recèle, en puissance, nos dons innés pour la découverte, l’émerveillement et la création. »

 L'enfant intérieur désigne la part enfantine ou infantile de l'adulte —part liée au fonctionnement primaire, instinctif de l'enfant— dans divers types de thérapies contemporaines. Inspirée par les travaux de Carl Gustav Jung sur l'archétype de l'enfant ou Puer Aeternus, la notion d’enfant intérieur se base sur l'idée que « nous avons tous été des enfants et cet enfant vit encore en nous »[] d'où les tendances observées dans le psychisme de tout adulte qui sont à la fois régressives (retour à un stade enfantin) et régénératrices (visant guérison ou évolution).

Il est utilisé par exemple :

  • Chez les personnes souffrant de difficultés d'attachement (angoisse à s'attacher, attachement incontrôlable, relations faisant souffrir). L'attachement primitif mère-enfant serait le prototype des affinités, et plus généralement, des relations privilégiées de l'adulte par la suite.Mais le père joue également un rôle dans la capacité de pouvoir se lier à une autre personne. Il s'agit alors de réparer « le lien » et d'apaiser le patient dans son rapport au monde. Une fois le lien « douloureux » retravaillé, le patient ou la patiente peut alors quitter les relations pathogènes pour lui-même telles que : la boisson, la sexualité compulsive, le (la) conjoint(e) maltraitant(e), la suractivité professionnelle ou ménagère, la sur-intellectualisation ou la guerre idéologique pour la guerre idéologique
  • Ainsi, son Enfant divin "ne désigne pas une inconscience enfantine mais une capacité de renaissance, de renouvellement." Et ce serait en effet cette potentialité de renouveau chez tout adulte qui tel un enfant aurait constamment besoin de soin et attention[]. Voici en réalité où la réflexion de Jung est reprise par les méthodes contemporaines qui s'adressent à l'enfant à l'intérieur de l'adulte pour d'abord en prendre conscience et par la suite pouvoir établir un dialogue bienveillant et bienfaisant avec lui.
     

5 étapes pour le rencontrer


Il s’agit d’établir un dialogue avec l’enfant qui est en nous, et non de « jouer à l’enfant

 Je demande souvent à mes patients de reprendre contact avec leur enfant intérieur entre 2 séances. Ce qui suit peut donc être proposé comme trame de rencontre avec votre enfant intérieur.

1. Retrouvez les postures de l’enfant
Pour prendre contact avec votre Enfant intérieur, posez vos deux mains sur votre plexus solaire, fermez les yeux, et adressez-vous à lui comme à une véritable personne. Comme il s’exprime avant tout à travers nos sensations physiques, vous pouvez essayer de retrouver les attitudes, les gestes, les postures typiques d’un enfant.

2. Demandez pardon
Un moyen de gagner sa confiance consiste à lui demander pardon de l’avoir négligé depuis tant d’années. Vous pouvez lui parler ou lui écrire une lettre. Expliquez-lui pourquoi vous n’avez plus donné de nouvelles, racontez-lui votre vie depuis que vous avez commencé à grandir, vos bonheurs, vos malheurs, sans mentir ni travestir la réalité.

3. Entamez le dialogue
Il s’agit d’une véritable conversation. Posez-lui des questions simples à voix haute : « Comment vas-tu ? », « Acceptes-tu de parler avec moi ? »… Laissez venir les réponses, comme si vous jouiez une pièce de théâtre. S’il vous arrive de prendre une autre voix, plus enfantine, c’est normal. Au début, ce genre d’exercice peut dérouter, mettre mal à l’aise : c’est la preuve que vous avez du mal à accepter votre Enfant intérieur.

4. Faites-lui dessiner ses émotions
Le dessin est l’un des moyens d’expression les plus prisés des enfants. Prenez du papier et des crayons, et demandez à votre Enfant intérieur de dessiner l’adulte que vous êtes. Utilisez votre main gauche si vous êtes droitier, l’inverse dans le cas contraire. Jour après jour, vous pouvez lui demander de dessiner différentes scènes : ce qui le met en colère ou le rend triste, comment il se voit quand il se sent seul… Puis ce qui le rend heureux, fier de lui, spontané…

5. Soyez un Parent attentionné
Au fur et à mesure de l’évolution de votre dialogue, de votre reconnaissance de l’enfant qui vit en vous, montrez-lui que vous pouvez être un Parent aimant, qui respecte sa personnalité propre, qui sait jouer et rire avec lui, qui tient compte de ses désirs et de ses avis, et qui sait aussi imposer une discipline. Sans « jouer à l’enfant », accordez-vous, de temps en temps, des moments pour vous détendre, jouer, dessiner ou écrire ce qui vous vient à l’esprit, vous consoler, prendre soin de vous.

 

La Confiance.

Dans les contacts avec l’enfant intérieur, il faut sans doute revisiter les rapports qu’il a avec la confiance en soi et en l’autre.

Les blessures chez l’enfant, les arrêts de développement qui nous bloquent dans des attitudes enfantines ou infantiles, peuvent être en lien avec le manque de confiance en soi ou en l’autre.

J’aimerais donc venir sur la définition de la confiance

 Divers philosophes, psychologues et chercheurs en sciences sociales ont travaillé sur la notion de confiance qui, selon une définition assez largement acceptée, peut-être entendue comme « un état psychologique se caractérisant par l'intention d'accepter la vulnérabilité sur la base de croyances optimistes sur les intentions (ou le comportement) d'autrui ». La confiance renvoie à l’idée que l’on peut se fier à quelqu’un ou à quelque chose.

 Dans l’étymologie latine, le verbe confier (du latin confidere : cum, « avec » et fidere « fier ») signifie qu’on remet quelque chose de précieux à quelqu’un, en se fiant à lui et en s’abandonnant ainsi à sa bienveillance et à sa bonne foi. Cette origine souligne les liens étroits qui existent entre la confiance, la foi, la fidélité, la confidence, le crédit et la croyance[]. Cela étant, la confiance ne doit pas être absolue et aveugle et les autres n'ont pas à être toujours fiables et dignes de confiance.

 
Confiance en soi.
La confiance en soi n'est pas identique à l'« estime de soi » qui se réfère à l'évaluation faite d'un individu en rapport à sa propre valeur. Selon certains psychologues, la confiance en soi est en rapport avec les capacités d'un individu, non ses valeurs[].

Faire confiance.
Pour faire confiance, il faut pouvoir croire en les autres et accepter le risque de la dépendance. C’est pour cela que la confiance n’est jamais « neutre ». Elle est fondamentale car, sans confiance, il serait difficile d’envisager l’existence même des relations humaines – des rapports de travail jusqu’à l’amitié ou bien l’amour. Sans confiance, on ne pourrait même pas envisager l’avenir et chercher à bâtir un projet qui se développe dans le temps. Comme l’expliquent un bon nombre de travaux en sciences sociales c’est la confiance qui rend possible le développement de la socialité et le fonctionnement de la démocratie. De la même façon, notre système économique est basé sur la confiance, par exemple dans le billet de banque (monnaie fiduciaire).

Il est également possible de la définir comme « un certain niveau de probabilité subjective », ce qui devrait permettre à un individu de croire que l’autre accomplira ce qu’il attend de lui. Faire confiance à quelqu’un signifierait dès lors d'envisager une possible coopération..

Confiance et foi.
Bien qu'ayant une étymologie commune (latin fides), la confiance et la foi, prise au sens religieux de foi chrétienne ou de foi religieuse, sont néanmoins assez distinctes : on a confiance en quelqu'un ou dans un système, éventuellement en Dieu, mais la foi religieuse s'applique toujours à Dieu. Ainsi, on pourrait dire que l'on a confiance en la technique pour résoudre les problèmes qui se posent aujourd'hui, mais on voit bien que le christianisme a été et est toujours réservé sur l'usage des techniques : par exemple, cette réserve parcourt toute l'encyclique Laudato si' du pape François « sur la sauvegarde de la maison commune », où celui-ci met en garde contre un progrès uniquement technique qui ignorerait les valeurs spirituelles et morales. Dans un contexte de sécularisation, le mot « foi » a souvent perdu son sens religieux pour s'identifier à la confiance pure et simple.

Confiance dans les relations vendeurs-acheteurs.
Une analyse des écrits multiples sur les différentes composantes de la confiance qui s'établit entre vendeurs et acheteurs révèle que quatre variables structurantes jouent un rôle clé :1) les affinités (les atomes croches entre les deux parties); 2) la bienveillance ou le soin qu'une partie prend envers le bien-être de l'autre partie; 3) les habiletés ou la reconnaissance des compétences de l'autre (le vendeur sait de quoi il parle et l'acheteur sait ce qu'il veut); et 4) l'intégrité. Les deux premières composantes sont considérées comme étant émotionnelles puisqu'elles relèvent du senti et le deux suivantes comme étant cognitives, puisqu'elles sous-entendent une évaluation rationnelle.

Si vous êtes intéressés à avoir plus d'informations sur ce théme,vous pourrez trouver de trés bonnes études sur le site www.cairn.info

  • Qu'est ce que la confiance de Michela Marzano 
  • De la génèse à la reproduction de la confiance chez l'enfant de Pedro Salem

Je reviendrais sur l'enfant dans un second article , en prenant appuis sur le monde des contes, cher à Jung.Les contes s'illustrent toujours par un héros et se terminent par une morale implicite qui résonne dans notre âme ou coeur d'enfant.

 

 

 

Contactez-moi

Pour répondre à toutes vos questions

* champs obligatoires.

Horaires

Du Lundi au Vendredi :8h30/18h

Samedi: 8h30/17h: un samedi par mois

Dimanche: fermé