Sortir de L'inceste: tous différents, tous semblables

Sortir de L'inceste: tous différents, tous semblables

Sortir de L'inceste: tous différents, tous semblables

                                  Sortir de l’Inceste

La thérapie comme questionnement de nos blocages et tentative de réintégrer l’autre :                    

 

Nous sommes actuellement dans une période ou l’on entend beaucoup parler d’abus sexuel, de pédophilie. Mais dans les inconscients, les origines de ces abus sont plus profondes.

 Dans le dictionnaire des symboles (éditions Bouquins)

La définition de l’Inceste :

L’Inceste symbolise

  • la tendance à l’union des semblables,
  • voire l’exaltation de sa propre essence,
  • la découverte et la préservation du moi le plus profond.
  • c’est une forme de l’autisme.

On le rencontre d’après la plupart des mythologies, dans les relations

  • entre les dieux,
  • entre les pharaons et les rois,
  • dans les sociétés closes qui veulent garder et renforcer leur suprématie essentielle
  • on peut également questionner les mariages entre cousins.

 Aux yeux de la psychanalyse, la tentative inconsciente et refoulée de l’inceste constitue le complexe d’Œdipe ou d’Electre, selon les cas, et représenterait une phase normale de la sexualité infantile au cours de son évolution.

  •  seule sa fixation serait génératrice de névrose.

Il y a lieu de distingué

  • l’inceste semi animal qui se meut entre normalité infantile, l’interdit social, la perversion sexuelle et la névrose,
  • et l’inceste semi religieux, chargé de symboles et dérivant de croyances.

 Les relations incestueuses de l’Antiquité, n’étaient probablement pas dues à une inclinaison amoureuse, mais à une superstition spéciale, étroitement liée aux conceptions mythiques.

En Egypte, certains textes recommandaient les mariages consanguins, afin d’accentuer la ressemblance des souverains avec la divinité.

 L’inceste semble correspondre à une situation non seulement des sociétés closes, mais des psychismes clos et étroits, incapables d’assimiler l’AUTRE. : Il trahit une déficience ou une régression.

Bien qu’il puisse paraître normal à une certaine phase de l’évolution, il exprime un blocage, un nœud, un arrêt dans le développement moral et psychique d’une société et d’une personne.

 

Aujourd’hui, l’autre, sous bien des formes, n’est pas intégré.

  • la faiblesse, le handicap, la maladie…
  • la femme
  • l’étranger
  • l’enfant.

 Lors d’une journée symposium à laquelle j’avais participée, un sociologue nous traçait la société actuelle. Nous mettons tout ce qui dérange, ce qui est autre, derrière des murs :

  • la maladie, la mort, la naissance, la folie, la vieillesse, le handicap.
  • ne reste dans les rues que des gens qui se pensent normaux, qui sont en fait  « normosés ». Etiquetés normaux.

Nous construisons des murs pour séparer les normaux et les autres.

  • Les américains pour se protéger des mexicains,
  • les indigènes se protègent des étrangers qui sont jetés sur les routes de l’errance par la guerre et les crises financières.
  • Les sociétés dites civilisées ont soumis les peuples dits primitifs qui ont été relégués dans des réserves.

 

Arrêtons-nous sur quelques sujets mentionnés ci dessus.

 

L’éveil grec de l’esprit rationnel et la vision de la femme comme « être inférieur ».

Il apporta de nouveaux arguments pour la répression du féminin qui devint la pierre angulaire de la pensée occidentale.

Cela comprend la déclaration de Parménide sur l’indépendance, l’autonomie et la supériorité de la raison comme seul juge légitime de la réalité.

Pour lui tous les sens nous égarent :

  • Seule la raison intellectuelle perçoit la réalité : la raison sera associée au transcendental, au désir spirituel et à l’absolu.
  • Tout ce qui n’est pas dans cette vision devient l’irrationnel, associé aux imperfections de la matière, aux désirs instinctifs et  au relatif.

 La philosophie d’Aristote, viendrait affirmer que :

  • la femme est incomplète, un être humain endommagé, car la femme est de fait un homme mutilé : un homme sans sexe.
  • Sa matrice n’est autre qu’un réceptacle passif pour le divin sperme masculin.

Sa conclusion logique serait que l’homme est par nature supérieur et la femme inférieure.

  • l’un commande et l’autre est commandé.

Vingt Trois  siècles plus tard, Freud se réfère encore à cette incomplétude de la nature des femmes comme preuve de leur infériorité.

 Originellement VIRGO signifiait :

  • une femme qui n’est pas contrôlée par un homme.
  • indépendante,
  • une en elle-même.
  • on parle aujourd’hui de Femme Intégrale.

 Dans un article, sur les femmes et la santé au travail : on mentionnait que ces dernières années, les maladies chroniques telles que cancer, troubles cardio-vasculaires, diabète, ainsi que la péjoration de la santé mentale, semblait toucher plus fortement les femmes. Une prédétermination biologique en serait elle la cause ?

Difficile à dire, mais pour comprendre les problèmes de santé des femmes dans leur totalité, il est nécessaire de s’intéresser aux causes d’austérité et les différences de genre.

 

Dans le  livre : l’éloge de la fragilité, Denis Lafay :

Il faut être fort, parfait en amour, au travail et dans ses loisirs. C’est une injonction très présente dans nos sociétés. Tyrannie et dictature de la performance qui constitue un obstacle à la reconnaissance de la fragilité. Pourtant en tant qu’être humain ne sommes nous pas fragiles par définition ?

  • Naissant avec un besoin d’assistance énorme et qui mourront souvent dans les mêmes besoins.

Dans la fragilité se niche l’un des trésors les plus essentiels de ce que nous sommes et de comment on peut bâtir notre lien à l’autre.

La fragilité : un trésor.

C’est l’âme. La personne fragile possède une richesse déterminante pour la communauté. Elle fait entendre ce que signifie « être autre », et parce qu’elle est autre elle donne à entendre le « tout autre ».

Fondamentalement nous avons besoin de la fragilité pour se construire et pour construire ensemble. Cest ce qui fonde vraiment la société. C’est à elle de prendre conscience de la nécessité de venir en aide aux citoyens qui en ont le plus besoin.

La fragilité et la vulnérabilité forment un haut lieu d’inventivité.

Derrière la fragilité, il y a l’altérité, un creuset d’émotions. Sans fragilité, il n’y a pas d’émotions. Il n’a  pas d’amour.

Boris Cyrulnick indiquait un jour que les plus grandes découvertes scientifiques émanent de personnes considérées comme des marginaux.

Il faut reconnaitre la fragilité car il y a dans la fragilité, la singularité de l’être.

On a besoin de la solidarité d’autres personnes.

  • on n’accède à son humanité que si on accède à l’humanité de l’autre.
  • on s’humanise l’un l’autre.
  • se mettre ne débat intérieur, se questionner et accepter au fond de soi cette fragilité.

L’enjeu fondamental c’est de savoir comment la société, la civilisation sont en mesure ou non de considérer la fragilité.

Dans  le champ politique, les présidents doivent exercer un rôle fondamental. Sur la valeur travail : un président ne doit pas être seulement celui des forts, mais peut être davantage celui des plus fragiles. Il y a un enjeu politique, économique à intégrer la fragilité.

 L’entreprise est un lieu de fabrication des fragilités, mais aussi un lieu de réparation. Tout est contagieux en entreprise, ce qui est bon et moins bon.

  • L’entreprise a un rôle à jouer pour intégrer la fragilité: il faut une cohérence entre les discours et les actes et arrêter l’héroïsation de la performance ou du patron. C'est un enjeu essentiel.

 Dans notre société ou il y a de plus en plus de violences et d’abus :

  • de pouvoir, sexuels et autres,
  • peut on se questionner sur la possible régression dans l’inconscient collectif, induit par la volonté d’être semblables et le rejet de ce qui est autre ?

 

En amour :

On parle  de partir en recherche de l’âme-sœur.

 William Berton dans son livre Couleur énergie  nous donne un éclairage intéressant:

Il parle d’une vision matière et d’une vision lumière.

Dans la vision Matière : c’est la manière dont nous percevons le monde en tant qu’être humain.

La vision lumière offre  le point de vue d’une Conscience détachée de tout enjeu affectif, libéré de l’ego, du moi profond auquel on s’identifie, dont on parlait dans la définition de l’inceste. On est dans une vision de Conscience accomplie.

 

La vision matière montre à quel point nous sommes à la recherche de l’Amour, de l’unité :

  • le deux qui se font en un.
  • ce désir génère la souffrance de ne pouvoir nous sentir reliés à la conscience unie et explique l’attente de la fusion.
  • pour nous, l’amour idéal est un état fusionnel.
  • la vision matière attend que tout lui «  tombe du ciel », considère qu’une vie accomplie ne doit plus tenir compte des besoins du corps et va chercher à s’en défaire.

Aujourd’hui internet met en relation des « avatars », nos personnages crées,

  • ils sont bien souvent de pâles reflets de qui nous sommes vraiment, on se présente souvent avec des caratères répondant bien souvent à la tyrannie et dictature de la performance
  • nous ne sommes plus en lien avec la réalité du corps
  • sous surfons sur la toile, un monde dématérialisé.

 

La vision lumière : ne recherche pas l’Union parce qu’elle est Un. Sa préoccupation n’est pas de s’attacher aux idées, mais de les vérifier et pour ce faire, elle a besoin de passer par l’expérience de la chair, du corps, de la manifestation concrète.

L’humain recherche l’amour, le Un attend l’humain.

  • le premier est prêt à quitter sa vie,
  • le second a rendez vous en nous, avec nous par notre corps.

 Au terme de cette rencontre prend naissance notre véritable dimension d’être originel.

 Pouvons nous envisager la thérapie comme un moyen de questionner toutes nos immaturités et régressions inconscientes dans le monde de l’indifférencié?

  • qui créent nos «  mal à dire »,
  • nos maladies par mouvements incestuels/ semblables
  • qui créent nos maladies dégénératives ?

 

 

 

 

 

 

Contactez-moi

Pour répondre à toutes vos questions

* champs obligatoires.

Horaires

Du Lundi au Vendredi :8h30/18h

Samedi: 8h30/17h: un samedi par mois

Dimanche: fermé

En période de Covid-19, le cabinet est fermé jusqu'à nouvel avis.
Je bascule mes consultations par Hangouts( par Gmail) avec l'adresse: spagysa@gmail.com:
ou par Skype: isabelle Lauber
vous pouvez prendre rendez vous au 079/682 73 30 pour fixer une plage horaire.